Croisière en mer de Baffin sur Le Boréal, août 2017

Une expédition de deux semaines dans des contrées inhabituelles : c’est ce que propose PONANT avec  ses croisières estivales en mer de Baffin. Un voyage de découverte, d’aventure, d’apprentissage. A la fois sportif et gastronomique, tout autant reposant que stimulant. En quelques articles les détails de cette croisière vous seront révélés. Bonne lecture…

Pourquoi la mer de Baffin ?

La carte de la croisière. Deux semaines pour parcourir les deux côtés de la mer de Baffin, au départ de Kangerlussuaq, au Groenland.

Tout d’abord, une autre question : la mer de Baffin, c’est où exactement ?
La mer de Baffin est située très au nord, entre le Groenland et le Nunavut, cette province canadienne située tout en haut de la carte.

La mer de Baffin, c’est l’assurance, ou simplement l’espérance, de découvrir ce que l’on ne voit habituellement que dans les reportages : des icebergs, des baleines, des glaciers géants, la calotte glaciaire, les fjords aux falaises immenses, et avec un peu de chance les narvals ou les ours polaires…

Une croisière autour de la mer de Baffin conduit le voyageur à découvrir deux univers si proches et pourtant si différents : les inuits du Groenland et leurs maisons multicolores, attachés à leurs traditions, et les inuits du Canada, sédentarisés, délocalisés, convertis à la civilisation occidentale.

Pourquoi Le Boréal ?

Le Boréal devant le petit village de Kullorsuaq

Le Boréal est l’un des quatre « yachts de luxe » de Ponant, qui croisent dans les mers du monde entier. Environ 200 passagers, presque autant d’hommes d’équipage, il est l’un des nombreux navires qui mènent des passagers dans ces contrées nordiques.

En tant que membre de la flotte de Ponant, il présente un avantage appréciable : le français y est la langue officielle. Et quand on voyage avec des personnes pour lesquelles l’anglais se résume à « taxi », « bye-bye » ou « sandwich », cette spécificité est appréciée…

Pourquoi le mois d’août

Le front du glacier Eqi, qui est une émanation de l’immense calotte glaciaire du Groenland.

L’été arctique est très court : à peine plus de deux mois pour accueillir des touristes dans des conditions acceptables, et souvent agréables. En juillet les journées sont interminables : le soleil ne se couche pas, ou si peu. En août le temps est souvent dégagé, quelques heures de nuit permettent un voyage moins épuisant. Et les risques de devoir modifier l’itinéraire pour cause de banquise sont moindres. Les animaux sont nombreux, les icebergs omniprésents. Alors, pourquoi hésiter ?

1 commentaire

  1. Je rajouterai dans les animaux à voir dans leur élément : l’orque et l’avantage de faire ce type de voyage en août quand il y a même qu’une petite nuit : c’est la chance de voir une aurore boréale.

Ecrire un commentaire