Voilà de longs mois que Marie nous prépare ce voyage. Mystère sur le programme, mystère sur ce que nous allons voir, ce que nous allons faire. Un vrai cadeau de la vie pour un pays mythique dont nous rêvions tous depuis longtemps.

La Namibie, ça se mérite

Nous sommes partis hier matin de Montpellier. D’abord le trajet en voiture jusqu’à Marseille. Ensuite un premier avion vers Francfort où nous passerons une longue et belle journée de visite. Puis un long vol de nuit sur la compagnie locale, en classe affaires, et un atterrissage à l’aube, au lever du soleil. Enfin, un transfert d’une quarantaine de minutes nous conduira à notre première halte, au  Naankuse Lodge.

N/a’an ku sê, un premier lodge pour se mettre dans le bain

N/a’an ku sê s’écrit de cette étrange façon en référence à la langue des Sans, qui utilisent des “clics” quand ils parlent.

Il fait chaud, mais pas trop. Une petite sieste va nous remettre de ce long voyage d’approche.

L’environnement parle déjà : roche, sable, végétation disséminée.

Au pied de Naankuse Lodge un reste de point d'eau bientôt asséché
Au pied de Naankuse Lodge un reste de point d’eau bientôt asséché
L'environnement aride du Naankuse Lodge
L’environnement aride du Naankuse Lodge : quelques roches quelques arbustes, quelques lézards, quelques Damans…

 

Une multitude de petits animaux, guère plus gros que des lapins, font leur apparition : sur les roches chauffées par le soleil on imagine qu’ils viennent prendre un peu de bon temps. Ce sont des Damans du Cap, appelés ici “dassies”.

Un daman du Cap sur son rocher
Un daman du Cap sur son rocher

Un Daman du Cap vu de près
Pas farouche le petit animal

Sur le sol aride, quelques petits lézards viennent se faire beaux pour la photo…

Un lézard à tête jaune et noir
Ce petit lézard file comme l’éclair devant la photographe…

Nous sommes à la fin de la saison des pluies, et déjà les points d’eau semblent se recroqueviller sous le feu du soleil.

La boue du point d'eau se recroqueville sous le soleil
L’aspect du sol en train de sécher au soleil fait penser à une sorte de cuir, à de la peau sortie d’un improbable four…

Rencontre avec les Sans

Après un bon repas (on mange très bien en Namibie) et une courte sieste, nous allons rendre visite à quelques bushmen. A l’école nous avons appris à les appeler “bochimans“, mais ici ils revendiquent être des “Sans”. Ceux qui que nous allons voir sont de vrais Sans, mais ils ne vivent pas réellement ici. Ce que nous allons voir d’eux est conforme à leur quotidien, mais en fait ils habitent plus au nord du pays. Pas vraiment une attraction pour touriste mais pas vraiment non plus une authentique rencontre…

L’un d’eux nous raconte sa vie en une pantomime surprenante…

Nous allons découvrir leurs huttes de pailles, leur mode de vie, et les incontournables “souvenirs” vendus aux touristes, faits à la main. Probablement faits à la main à Windhoek, la capitale, mais qu’importe.

Ces petits hommes nous expliquent les plantes, les dangers, les soins, ils nous montrent comment faire du feu avec deux fois rien.

Ils sont en lien direct avec la nature, tels qu’ils étaient il y a quelques millénaires. Surprenant. En parallèlement à ça, malgré l’absence quasi totale de vêtements, tant pour les hommes que pour les femmes, certains arborent à leurs pieds des chaussures très particulières…

Une belle rencontre qui nous aura plongé dans un autre monde en quelques heures à peine…

27 Partages

Ecrire un commentaire