Cette question peut sembler anodine : quelles chaussures emporter à Hawaii ? Quand on part pour une destination tropicale, on y va généralement pour pratiquer des activités balnéaires. Les sandales, les tongs et autres chaussures légères sont de mise. Mais quand on part pour une destination qui permet de belles randonnées, parfois un peu engagées, les choses se compliquent. On peut partir avec des chaussures de randonnée légères, taille basse. Mais sur les sentiers de montagne, en altitude, ce serait insuffisant. On peut partir avec des chaussures de randonnée hautes, mais pour les sentiers boueux en forêt pluviale, c’est inadapté. Alors, quelles chaussures emporter à Hawaii ?

Les chaussures de tous les jours

Les usages sont simples : la conduite, les balades, les plages. On peut n’emporter qu’une paire de sandales, mais voici un échantillon de ce que nous allons emporter pour nos quatre semaines d’expédition.

Les sandales

Sandales légères, tout-venant, pour un usage quotidien.
Sandales légères, tout-venant, pour un usage quotidien.
Les petite sandales ouvertes premier prix de chez Décathlon font parfaitement l’affaire. Elles sont légères, ne craignent pas la pluie (elles sont en matière synthétique ordinaire), permettent même des balades sur des petits sentiers facilement accessibles.

Un autre avantage : elles sont assez légères pour faire le voyage dans le sac à dos…

Les tongs de surfeur

Les « flippers », comme on les appelle à Hawaii, sont des sortes de tongs dont la version « surfeur » est la plus confortable. Une semelle épaisse et moelleuse, rien de tel pour une balade au bord de la plage dans un grand confort et une grande liberté !

L’astuce du connaisseur : prendre 2 tailles au-dessus de sa pointure habituelle. Une fois passée la peur du ridicule, on découvre un monde inattendu pour nos pieds !

Les "flippers" des surfers : épaisses et confortables !
Les « flippers » des surfers : épaisses et confortables !

Les chaussures pour randonner

La difficulté pour une telle destination est multiple : sentiers secs, caillouteux ou boueux, mais aussi température tropicale (30°C à l’ombre) ou hivernale au sommet (moins de 10°C, parfois de la neige !). Le choix est délicat…

Les sandales de randonnée

Sandales de randonnée Merrell
Sandales de randonnée Merrell
Les sandales de randonnée présentent un avantage double : elles sont ouvertes et aérées. Ainsi, pour randonner en terrain sec et chaud, pas trop escarpé, c’est un choix évident. Mais elles sont aussi dotées d’une vraie semelle de randonnée, avec une accroche hors paire et une structure solide. On peut donc s’engager en tout quiétude dans des randonnées un peu longues, avec un dénivelé marqué.

La randonnée au « col des trois cocotiers » à Moorea en Polynésie française se fait très bien avec un tel équipement, à la grande surprise du guide local !

Les chaussures de randonnée

Les chaussures de randonnée, les « vraies », sont indispensables dans de nombreux cas.

Montantes, elles protègent efficacement la cheville sur les sentiers escarpés, dans les rochers, sur les sols difficiles comme les anciennes coulées de lave.

Elles protègent aussi des pierres, des débris divers, et confèrent un confort thermique appréciable en altitude. A l’inverse, pour une randonnée par temps chaud (30°C), elles entrainent vite une surchauffe du pied…

Leur poids les rend difficile à transporter en avion : le mieux est de les avoir aux pieds !

Chaussures de randonnées montantes et Gore-Tex de chez Salomon.
Chaussures de randonnées montantes et Gore-Tex de chez Salomon.

Les chaussures de trail

Les fameuses Speedcross 4 de Salomon
Les fameuses Speedcross 4 de Salomon
Une semelle à l'accroche exceptionnelle !
Une semelle à l’accroche exceptionnelle !
C’est « le » secret pour les randonnées sur une île tropicale ! Pourquoi ? C’est simple : on peut être amené à randonner sur des sentiers sablonneux, plus ou moins durs, mais aussi boueux, couverts de végétaux, glissants. On aura parfois à traverser un gué plus ou moins praticable.

Dans des conditions aussi variées, les chaussures basses de petite randonnée ne suffisent pas toujours. Les chaussures de trail sont légères, solides, et présentent une accroche hors du commun. Celles de la Salomon SpeedCross 4 sont une référence en la matières.

Nous les avons testées sur la grande boucle de la presqu’île de la Caravelle, sur le début de la Trace des Jésuites un jour de forte pluie et pour l’ascension du Morne Larcher, le tout en Martinique : c’est parfait !

L’astuce du voyageur averti qui n’a pas peur de charger sa valise : partir avec deux paires de chaussures de trail. Quand une paire est trempée après une randonnée pluvieuse ou « rivièreuse », on sera bien content d’avoir la seconde paire en secours le lendemain, le temps que la première sêche !

En guise de conclusion

La variété des chaussures décrite ici peut inquiéter : pour un séjour tropical plus bref, les sandales de randonnée suffisent amplement, couplées à une paire de tongs. Pour un séjour consacré largement aux randonnées sur des terrains variés et souvent difficiles, une paire de chaussure de trail ou de petite randonnée s’impose vite. Enfin, pour des randonnées en terrain escarpé, les « grosses » chaussures s’avèrent nécessaires : c’est une question de sécurité. C’est pour toutes ces raisons que nous voyageons toujours avec les chaussures hautes de grande randonnée aux pieds, pour les transports aériens. Le bagage cabine (ici, le sac à dos) contient la paire de sandales légères, pour l’arrivée et la voiture de location. Le reste est dans la valise : ça se gère très bien…

Et vous, dans un pareil voyage, vous partiriez avec quoi ?

Ecrire un commentaire