Aujourd’hui 22 août, pour notre dernière journée de notre croisière en mer de Baffin, nous faisons escale à Sisimiut.

La journée sera occupée par le ravitaillement du Boréal en carburant. Une opération que nous n’avions encore jamais vue : dans de telles croisières on ne se pose finalement pas la question.
L’avitaillement est assuré par un bateau spécial, assez grand, dont les cales sont remplies du carburant approprié : ici, du fuel léger, moins polluant que le fuel lourd habituellement utilisé par les navires au long cours.
Le bateau en question viendra s’amarrer à couple du Boréal

Sur le balcon de la cabine nous sommes au premier plan pour assister à l’opération…

Après le repas de midi nous débarquons pour visiter cette petite ville étendue sur une vaste surface rocheuse. 5600 personnes vivent ici à l’année : c’est l’une des plus grandes villes du Groenland, à n’en pas douter !

Au fil des rues nous croiserons les emblèmes du Groenland : bateaux, maisons colorés, chiens, traineaux, etc. Découvrir ainsi cette petite ville fait un peu plus prendre la mesure qu’il est possible de vivre dans cette contrée lointaine…

Comme dans toutes les villes un peu importantes du Groenland, il y a quelques magasins pour l’approvisionnement courant. Quelle surprise de découvrir une enseigne bien connue en France !

Bien évidement, nous voici à nouveau au Groenland : les maisons de couleur ne laissent aucun doute.

Hormis les bateaux de pêche, l’autre moyen de déplacement incontournable ici est le kayak.

Rangement de kayaks
Le kayak, si frêle, si petit et pourtant si nécessaire
L’armature en bois du kayak est complexe et précise. La peau est tendue autour avec soin
Marée basse de l’autre côté de la ville : à l’abri des courants et des vagues issues des icebergs qui se retournent, c’est la plage de mise à l’eau des kayaks.
Le chien de traineau dans sa boîte. Dormir en attendant la neige et les courses sur la banquise…
Surveiller,, regarder, attendre le maître qui apporte la nourriture. Chaque semaine…
Une peau de bœuf musqué, tendue, qui sèche en plein air. Ici, pas de tannage chimique mais un travail ancestral…
Les crânes des bœufs musqués, partiellement écornés, sèchent au dehors. Trophée ? Souvenir pour touriste ?
5600 habitants sont suffisants pour justifier un panneau de petites annonces fort encombré !
Comme partout au Groenland, l’église tient une place importante.
On se souvient de la leçon : pas de terre ici, alors on met des pierres par-dessus les morts. Et on leur apporte des fleurs artificielles en plastique…
Le Boréal, au fond à droite. Sisimiut est une petite ville accueillante sous le beau temps estival…

Deux époques se rejoignent. A droite, le Boréal, l’un des fleurons de la croisière de luxe à la française. Sur la gauche, l’ancien navire amiral de La Compagnie du Ponant : le « Diamant« , rebaptisé aujourd’hui « Ocean Diamond » par son actuel propriétaire. Il est désormais affrété par Quark Expeditions, probablement le leader dans les croisières polaires.

Durant notre première croisière en zone arctique, sur le Fram de Hurtigruten, les passagers qui avaient voyagé à bord du Diamant étaient nostalgique de ce bateau de luxe, qui semble avoir conservé tout son charme…

Ecrire un commentaire