Voyager vous laisse d’abord sans voix, avant de vous transformer en conteur.