Aujourd’hui, 18 septembre, est un grand jour : nous allons approcher de très, très près ce que nous sommes venus chercher à Hawaii : une coulée de lave !

Ce matin nous avons changé de logement. Nous sommes passés de la côte nord-ouest au Volcano Village,  à deux pas du cratère actif du Kilauea, au centre-sud de l’île. Mine de rien l’île est plus grande qu’il n’y parait quand on regarde une carte : il nous a fallu 3h de route pour rejoindre notre destination. Juste le temps de se changer et on repart, destination Kalapana, au sud-est de l’île, où nous avons rendez-vous à 15h pour une randonnée guidée à la rencontre des flots de lave.

La coulée de lave s’écoule sans discontinuer depuis 1983, à partir du cratère secondaire, le Puʻu ʻŌʻō, en surface mais aussi dans des tunnels invisibles. Nous avons une marche d’environ 10km au total, dont plus de 60% directement sur la surface du champ de lave ! Celle-ci est relativement lisse, même si la surface globale est très chaotique. Elle est brillante au soleil, que nous avons face à nous durant les 3 à 4 premiers kilomètres. La marche est rapide car notre guide souhaite nous faire passer un maximum de temps près de la lave.

Au bout d’un long moment nous croisons une surface gris clair, très chaude : de toute évidence de la lave récente. Elle s’est écoulée la nuit dernière nous explique le guide. Solide, nous marchons dessus tout en ressentant la très forte chaleur qui s’en dégage encore.

Au détour du chemin, une trace orange vif se laisse apercevoir entre deux pas : la lave n’est vraiment pas loin…

Et puis nous arrivons à sa rencontre, en descendant la pente et en marchant sur la roche brûlante. C’est un moment indescriptible, mais je vais tâcher de le décrire malgré tout. Nous avons devant nous une masse à la fois solide, en surface, et visqueuse en-dessous. La couleur nous donne un indice sur la température : environ 900°C. Elle a perdu 300°C depuis qu’elle est sortie du cratère qui lui a donné le jour, quelques kilomètres plus haut, et que nous avons survolé hier matin. L’avancée de la lave est lente mais inexorable. On peut trouver les photos étranges, belles, sans intérêt  : c’est l’affaire de chacun. Mais être en présence du phénomène de la naissance d’une toute nouvelle terre, avoir le privilège de pouvoir marcher dessus en relative sécurité, voir cette lente progression de ses propres yeux et pas dans un reportage sensationnel à la télévision, voilà une expérience extraordinaire.




Il y aurait beaucoup à dire sur ces écoulements de lave, sur la disparition du village englouti par la roche en fusion. Sur la disparition de la forêt pluviale qui recouvrait tout cet environnement il y a moins de 40 ans. Sur le fait que certains aient choisi de faire à nouveau construire des petites maisons sur la lave solidifiée, sans aucune assurance, et avec une probabilité importante de les voire brûler un jour où l’autre, sur les accidents qui se produisent ici de temps à autre, sur la géologie, la mythologie hawaïenne. Ce n’est pas un article de blog qu’il faudrait, c’est un site Internet dédié. Voire même plusieurs, tant les sujets sont vastes.

Une chose est sûre cependant : venir ici est une expérience hors du commun !

Ecrire un commentaire