Lake, mud volcano, bisons…

Partager sur facebook

Autour de Yellowstone lake…

Ce matin réveil programmé à 7h. On a bien dormi, sur de bons matelas, chacun son propre lit de 120.

On décide Béa et moi de prendre le petit déjeuner à la cafétéria, là où les autres ont opté pour un petit déjeuner rapide en chambre, pris avec leurs provisions. Il faut dire que café et thé sont compris dans la chambre.

Pour notre part, ce sera pains perdus (french toast), œufs brouillés, bacon (croustillant, à l’américaine), café et thé, deux saucisses en plus pour loi. Bien sympa même si c’est une cafétéria.

Ensuite, on prépare notre pique-nique qu’on emportera pour midi, car on va se balader au bord du lac. On prend la même chose qu’hier, à savoir pain de mie un peu complet, roast beef en fines tranches, cheddar, petites carottes crues mais épluchées, petites tomates apéritif. Et ça ira bien !

Nos sacs à dos sont bien chargés : le mien est le sac photo, avec deux réflexes, trois objectifs, une paire de jumelles, un monopode, une bouteille d’1l d’eau. En gros, je crois que ça doit faire 10kg. Pour Béa c’est repas de midi, produit anti-moustiques, produit solaire, gourde et petite bouteille d’eau, caméra, monopode léger, vêtements et je ne sais quoi : presque aussi lourd au final…

On prend le van pour quelques kilomètres, direction Fishing Bridge. Notre balade le long du lac est très sympa. Il fait très beau, j’ai juste pris une chemisette respirante, c’est idéal. Un Ranger explique aux gens présents les règles à suivre si l’on rencontre un ours…

On marche un bon bout de temps, au bord du lac puis en forêt, sur un sentier très hypothétique. Pas d’ours en vue, et c’est tant mieux… Je fais le pisteur une bonne partie de la rando, c’est sympa…

Au bord du lac on voit un aigle pêcheur en haut d’un arbre : le « bald eagle » est l’emblème des États Unis…

Pique-nique dans les bois au bord du lac : le temps se couvre et semble tourner à l’orage. Mais il ne pleuvra pas au final : juste une petite baisse de températures bien accueillie.

On reprend ensuite la voiture direction « Mud Volcano », un peu plus au nord. Sur la route on croise un bison, il y en aura plein d’autres dans l’après-midi.

Mud Volcano

Mud Volcano est un site géothermal, avec des résurgences d’eau chaude (80 à 90°). Des bactéries thermophiles vivent dedans. Le souffre présent dans l’eau et les bactéries provoquent par un ensemble de réactions la décomposition de la roche en une sorte de boue grise (mud = boue). La couleur grise provient du sulfite de fer. Une bonne odeur de sulfure d’hydrogène se fait sentir de temps à autres : on est bien sur un site volcanique.

Le site est parsemé de pins morts dont les troncs sont étendus au sol. C’est un phénomène récent qui a provoqué ça. En 1978 un tremblement de terre a secoué tout le coin. Les pins ont été ébranlés fortement mais sont restés debout. Mais dans cette toute petite zone il s’est passé un phénomène géothermal particulier, faisant monter la température du sol à 94°C très rapidement. Les racines des pins ont été « cuites » sur place…

 

Quelques bisons parsèment le site, c’est dépaysant.

On traverse ensuite la route pour descendre auprès de la Yellowstone River. Le paysage est reposant. Chose étonnante, des petites colonnes de bulles éclosent à la surface paisible de la rivière à de nombreux endroits : le lit de la Yellowstone est aussi sur le site géothermal…

Un bison traverse la rivière paisiblement : séance photo et émotion pour tout le monde.

 

Hayden valley

On reprend la voiture un peu plus au nord après que des bikers qui passaient nous aient laissé entendre qu’il y aurait un ours plus loin. Quelques minutes plus loin, on comprend ce dont ils nous parlaient : un troupeau de bisons s’est installé sur la plaine ondulante qui nous entoure. Et ces braves bêtes (sauvages malgré tout) ont la fâcheuse tendance à traverser la route quand bon leur semble.

Donc le trafic routier est très ralenti, parfois immobilisé : les rangers font l’aller-retour sur ces quelques kilomètres pour expliquer aux automobilistes de ne pas s’arrêter sur la route, et de continuer à rouler. En effet, il semble que quand on s’immobilise (ce qui est malgré tout conseillé par ces mêmes rangers dans les conseils aux visiteurs disponibles un peu partout), les bisons n’hésitent pas à traverser. Alors que si on continue d’avancer, ils restent plus volontiers sur leur côté de la route.

On peut en revanche stopper sur les aires de parking : on ne s’en privera pas, on fera plein de photos. Et vraiment voir ces bestiaux traverser nonchalamment devant les voitures au ralenti est très étonnant.

Une ambulance fait la navette aller-retour également, probablement en prévention en cas d’accident. Car ces paisibles ruminants peuvent courir à près de 60km/h si on les excite un peu. Et il peut y avoir quelques abrutis le long des routes !

On rentre ensuite à l’hôtel pour l’apéro. Bière locale ou vin, chacun fera son choix. Un bon moment de détente avec une vue sur le lac.

La température de rafraîchit nettement avec le coucher du soleil. Il est temps de rentrer. Ce bon moment se poursuit devant les chambres : j’en profite pour rédiger le journal du jour, préparer mes vêtements pour demain, décharger les photos, recharger les batteries. Ensuite, bouclage des valises pour demain, douche et dodo…

Ah, oui, un truc de plus : je suis super-fatigué ce soir. La rando m’a un peu crevé…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

À méditer…

La vie ce n’est pas seulement respirer, c’est avoir le souffle coupé.

Alfred Hitchcock